IL SE VOIT DEJA ♫♫♫… EN HAUT DE L’AFFICHE ♫♫♫♫ ….

Il en rêvait, le Père Noël a exaucé ses vœux.

9 mois de mandature et déjà il s’y croit, il l’écrit.

M.TAUZIN, maire de Saint-Sever, PRESIDENT de la communauté de communes du Cap de Gascogne.

Plus c’est gros, plus ça passe, il fallait seulement oser, il l’a fait.lettre d'invitation aux voeux

M. PRUET et l’ensemble des élus communautaires apprécieront…

Voilà une imposture que nous n’aurions pas osé imaginer.

Mais soyons rassurés, M. le Maire va clamer son innocence, invoquer l’erreur administrative de son cabinet.

Car ne nous y trompons pas, M. le Maire n’a pas l’étoffe des héros.

Il l’a démontré lors du dernier conseil municipal quand, à l’heure de présenter pour la deuxième fois (eh oui!) en moins d’un mois la délibération relative à la hausse scandaleuse des tarifs municipaux, il n’a pas hésité à «charger», sans vergogne aucune, le Directeur Général des Services.

Partir à la guerre avec un général capable de vous tirer dessus à la moindre escarmouche voilà qui n’est pas très rassurant!

Qu’il charge son cabinet, c’est pour le moins inélégant mais c’est lui qui l’a choisi.

En tout cas, on peut s’interroger sur l’utilité, la compétence et le coût de cette lubie.

Rappelez-vous, sous la précédente mandature, un seul employé était le collaborateur de M. DALM.

Aujourd’hui M.TAUZIN, qui veut jouer dans la cour des grands, s’est entouré d’un collaborateur de cabinet et d’une secrétaire.

Nous avons déjà dénoncé le coût de ce caprice: 50.000 € supplémentaires par an à la charge du contribuable!

Nous vérifions une nouvelle fois que l’efficacité n’est toujours pas au rendez-vous, mais faut-il s’en étonner?

M le Maire, il vous appartient, à vous et à votre «armée» de huit adjoints et trois conseillers municipaux délégués, TOUS REMUNERES, de veiller à la bonne marche administrative des services municipaux, administratifs ou techniques.

En un mot que chacun se mette et fasse son travail…enfin!

Les saint-séverins en ont assez d’être les marionnettes d’une stratégie politique qui ne vise qu’à satisfaire votre ambition personnelle.86506968marionnettes2-light-jpg

Plutôt que de revendiquer le titre de Président de la communauté de communes, montrez-nous plus humblement, et vite, que vous êtes capable d’assumer votre rôle de maire, de conseiller régional et de vice-président en charge des finances à la communauté de communes.

Sur ce dernier point, nous vous rappelons d’ailleurs que nous sommes toujours en attente de la réunion de cette commission qui devait expliquer les chiffres farfelus annoncés lors du dernier conseil communautaire pour justifier l’abandon de la médiathèque et de la salle.

Quand allez-vous enfin nous prouver la véracité de ces chiffres?

L’absence de réponse de votre part est bien la preuve de votre mensonge et de votre imposture, dans le droit fil des questions restées sans réponse au sujet de l’audit financier de la commune.

Et ce n’est pas Mme DUPRAT qui nous convaincra que cette commission des finances s’est réunie puisqu’elle n’a jamais eu lieu!

Finalement, ce courrier n’est qu’un acte manqué supplémentaire.

A croire que le vertige du pouvoir a déjà emporté notre édile.

Désolant.

 

LA COURSE LANDAISE ….. A L’ECART!!!

cpte rendu CA- 2.1014-de la FFCL (page 2)«…..La remise des prix était initialement prévue lors de Festivolailles, mais le Maire de Saint-Sever a refusé.» (source: La Cazerienne. L’officiel de la Fédération Française de la course landaise; N°148 – décembre 2014 – compte rendu de la réunion du conseil d’administration de la FFCL du jeudi 2 octobre 2014).

Comme la musique a ses «Victoires», le cinéma ses «Oscars» et ses «Césars», la course landaise honore chaque année ses acteurs les plus méritants lors d’une cérémonie de remise des trophées rassemblant toute la grande famille de la course landaise: écarteurs, hommes en blanc, ganaderos, dirigeants, organisateurs de courses.

Cette cérémonie est placée sous le patronage d’un partenaire majeur de la Fédération. En 2013, Les Vignerons du Tursan accueillirent cette journée à Geaune, en 2014 il revenait au groupe Maisadour de parrainer cette manifestation, comme viendra le tour du Crédit Agricole en 2015.

L’idée d’intégrer cette manifestation au programme des Festivolailles relevait du meilleur goût eu égard au symbole que représente la course landaise dans les valeurs de notre terroir que Les Fermiers Landais et Maisadour s’attachent à mettre en exergue à travers l’organisation des Festivolailles.

Festivolailles_2014

Proposer aux 10 000 visiteurs qui sillonnent notre ville ces deux jours un programme associant la mise en valeur du talent et du courage de nos toreros au savoir faire des producteurs et industriels locaux relevait d’une opération de communication «gagnant-gagnant».

Accessoirement on ne peut ignorer que le Groupe Maisadour, qui contribue à prés de 70% au budget de Festivollailles, est surtout le poumon de l’économie du Cap de Gascogne, son premier employeur sur ses sites industriels de la zone industrielle de Saint-Sever et celle de Haut-Mauco.

Quelle mouche a donc piqué M. Tauzin le Maire de Saint-Sever, pour refuser cet honneur que lui faisaient Maisadour et la Fédération Française de la Course Landaise ? ?

Un problème d’installations disponibles ? L’argument n’est pas recevable.SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Le dimanche priorité a été donnée au «tapis rouge» pour accueillir l’ honorable Confrérie des Jabotiers et leurs invités. L’intention est respectable, mais en en terme d’animation on a connu mieux. En effet, seuls les lève tôt auront pu les apercevoir à l’entrée de la messe pour la photo en tenue d’apparat sur le 201389123152anagrama300parvis de l’abbatiale. A l’issue de celle-ci et avant d’aller faire ripaille aux halles, ils se sont engouffrés dans la salle de cinéma où sera notamment intronisé monsieur le Maire. Tiens! tiens! tiens!

Mais le samedi, un chapiteau de 300 m², chauffé, loué pour une somme de l’ordre de 2500 €, était totalement disponible place de la poste. Les arènes étaient également disponibles pour les démonstrations des toreros et le spectacle gratuit aurait assurément passionné les visiteurs.

Eh bien non, M. le Maire en a décidé autrement. C’est une faute ! Grave.

Quand Maisadour et la Fédération Française de la course landaise vous honorent d’une telle proposition, quand on est un Maire responsable, se revendiquant de surcroît fervent défenseur de la course landaise et répétant à l’envi obéir aux règles de gestion de l’entreprise, on ne se crispe pas, on ne refuse pas, on accepte et on s’organise.

Encore une fois, Saint-Sever a passé son tour. En huit mois cela fait déjà beaucoup.

Basket Landes traqué et chassé de manière lamentable, l’encierro de toros rayé de l’affiche sans sommations, sont deux autres exemples symboliques du sectarisme, de la vision étriquée, passéiste et conservatrice du Maire de Saint-Sever.

A quand la mort de Festivolailles ?

Avec tous les discours caricaturaux, négatifs, sur l’état de la ville, c’est l’image de Saint-Sever ville accueillante, dynamique et créative, qui «fout le camp». Les commerçants qui voient le centre ville se vider au fil des jours en mesurent hélas les conséquences.

Épilogue de cette regrettable dérobade du maire de Saint-Sever, Maisadour et la Fédération Française de la Course Landaise ont été accueillis par le village et les arènes de Labastide d’Armagnac lors de l’événement «Armagnac et fête». Bravo à eux.

Suerte coursayres.