REPAS D’EXCEPTION……EXCLUSION ET PROVOCATION!

«Un repas d’exception fut servi dans le cloître de la mairie……les adjoints furent
invités à participer en payant leur repas…..ce fut un moment de grâce dans undécor époustouflant….».img-0392
Ces mots, ces appréciations dithyrambiques, sont signés par Madame Claire
DUPRAT-adjointe au maire de Saint-Sever- dans le blog au titre parfumé, expression
de la pensée officielle de la majorité municipale. Mis en ligne en début d’après midi
samedi 4 juillet, la sieste portant conseil ou peut être Monsieur le Maire ayant considéré sa vanité débordée, ce texte fut édulcoré en fin de soirée.
Trop tard, «Le Second Regard» avait tout vu, tout enregistré, comme est imprimé derrière ces mots grandiloquents l’état d’esprit qui anime la nouvelle
municipalité de Saint-Sever.
Les corrections tardives et maladroites ne changent pas le fonds de la pensée.
Explications!
En fait de «repas d’exception»
, il ne s’agit pas d’un repas dans le cadre d’une journée gastronomique du genre Festivolailles ou Fête du Foie Gras, pas davantage du repas d’un club service genre Rotary ou Lion’s.repas-22
Non, il s’agit du repas inscrit traditionnellement dans le cadre de la journée taurine du dimanche des fêtes.
Depuis des années ce repas se déroulait au pied des arènes, sous les ombrages,dans le cadre bucolique de Morlanne. S’y croisaient pèle mêle 3 à 400 personnes, les maires de la communauté et ceux des chefs lieux voisins, les entreprises partenaires, le mayoral des arènes ou autre personnalité taurine, et aussi les simples amoureux de la
tauromachie ou de la fête. Point de repas d’exception sur les tables, soit un «repas-plateau» pour les uns, soit un «menu amélioré» pour les autres, mais surtout un esprit de fête, avec pour maîtres mots :
L’ouverture, le partage, la convivialité.
.
Cette année, rideau, on divise!
Loin des arènes, on tire les grilles du cloître de l’abbaye et va donc pour le fameux repas d’exception. Sans «le petit peuple» renvoyé partager sa modestie dans son coin du côté des Jacobins.
Durant des années, nous avons eu la naïveté et la fierté de croire que les fêtes, à Saint-Sever comme ailleurs, étaient un moment privilégié dans l’année, l’espace de quelques jours pour oublier les soucis du quotidien, estomper les différences
d’opinions ou sociales, durant lesquels tombaient costumes, cravates ou cols empesés.
Ce temps là est révolu à Saint-Sever. Les élus changent, les valeurs aussi.
Et que dire des adjoints qui voudraient s’excuser de leur présence! Sans doute se
sentent ils gênés d’avoir, 5 jours avant les fêtes de la Saint-Jean et ces agapes prestigieuses, voté l’augmentation de 10% du prix des repas à la cantine scolaire et ceux de nos aînés en maison de retraite ou portage à domicile. Ici il ne s’agit pas du repas d’exception, mais bien du repas de tous les jours.exclusion
Aussi, quand l’inénarrable Madame Duprat parle de repas d’exception, nous, nous y voyons un repas d’exclusion et des commentaires aux allures de provocation !!

SAINT-JEAN 2015, QUAND LES PENAS DERANGENT !!!

Les fêtes de la St Jean 2014, les premières sous la mandature du maire Arnaud Tauzin, furent marquée par l’image d’une ville transformée en forteresse, bunkérisée, sur-sécurisée. Il fallait repousser loin des vieux remparts ces hordes de jeunes écervelés, pas les nôtres évidemment trop bien élevés, mais ceux venus des contrées lointaines de Chalosse, du Marsan ou du Marensin!!!1910378_010_9412126_800x1167p

L’opposition municipale s’émut en son temps de cette situation, via les réseaux sociaux et en conseil municipal. Si cette critique, positive, fut officiellement contestée par monsieur le Maire, soulignons qu’elle a été en partie prise en compte pour l’organisation de la Saint-Jean 2015. Les murailles ont reculé, quelques espaces de circulation ont été rendus aux résidents et festayres.

La Saint-Jean 2015 s’annonçait donc sous de meilleurs auspices.

Hélas! Après les jeunes en 2014, un nouvel adversaire a surgi en 2015!

L’ennemi a un nouveau visage, il est à l’intérieur, il faut mettre au pas les penas, ces trublions profitant plus que de raison de la fête, privant le comité des fêtes de bras et de ressources financières.

425062_101807226612641_758459317_n

Début juin, à quelques jours de l’ouverture des fêtes, la charge de la municipalité fut lourde, sans ambiguités: lettre comminatoire, signature d’une charte, rappels au règlement, obligations de fournir de la main d’œuvre au comité des fêtes et de nourrir les bandas, sans compter le commentaire ironique, en forme de réquisitoire sournois, de Madame DUPRAT – adjointe au maire, sur son blog au titre parfumé mais aux odeurs nauséabondes. Décidement, cette dame à un problème avec les associations.

pena jeune aficion

C’était limpide, les penas dérangeaient!

Et encore une fois, faute de savoir rassembler, M. TAUZIN et son équipe ont eu recours à un autoritarisme déplacé, stigmatisant de fait une partie des acteurs de la fête qui ne seraient donc que des enfants gâtés, irresponsables profiteurs de la fête.

Or les adhérents des penas sont de vrais amoureux de leur ville de Saint-Sever.

la bodeguita

Jeunes ou moins jeunes, par delà les différences d’opinions ou de catégories sociales, dans leur style propre, parfois décalé ou carrément déjanté, en fonction de leurs affinités, ils n’ont qu’une envie: être acteurs, faire vivre et partager leur culture de la fête et la convivialité de leur ville.

M.TAUZIN, Mme DUPRAT, ces associations méritent le respect, pas les brimades!

Vivement la Saint-Jean 2016!